Nicori
Profile

Raconte-moi une histoire!

Bonjour! Bienvenue sur mon blog! Ceci est un b...

    La pire forme d'absurdité est d'accepter le monde tel qu'il est aujourd'hui et ne pas lutter pour un monde comme il devrait être. (11/11/2017 at 10:15 AM)

  • 574 visits
  • 54 articles
  • 164 hearts
  • 171 comments

Sommaire 10/03/2017


Ce sommaire sera régulièrement modifié. Chaque article ajouté sera indiqué ici avec le lien qui vous conduira directement à lui pour que vous puissiez vous y retrouver. 

Sachez d'ores et déjà que chaque histoire sera complète lorsqu'elle sera publiée quel que soit le nombre de chapitre(s) qu'elle contient car je peux très bien comprendre en tant que lectrice qu'il soit très frustrant d'attendre l'arrivée d'un nouveau chapitre qui, parfois, n'arrive jamais et de rester sur sa faim ne sachant jamais comment ce terminera l'histoire. Donc pour palier à ce problème, chacune de mes histoires publiée sera terminée. 

En ce qui concerne la forme, pour votre confort, je m'engage à faire de mon mieux pour avoir une écriture lisible et agréable et pour faire le moins possible de fautes d'orthographe.

En ce qui concerne le fond, ceux qui viennent sur ce blog pour lire des choses plus ou moins érotiques peuvent passer leur chemin. Bien que j'écrirais certainement des petites romances, il n'y aura rien de trop cru. D'une part pour l'égalité d'accès à la lecture (je ne veux pas désavantager les plus jeunes en les privant d'une partie de l'histoire mais je ne les choquerai pas non-plus) et d'autres part parce que je n'aime pas écrire ce genre de scène car, à mon humble avis, un vocabulaire choisit, implicite, légèrement équivoque et laissant place à l'imagination du lecteur peut faire autant (si ce n'est plus) d'effet qu'une explicite description.     

Je sais que certains ont des goûts particuliers en matière de couples. Certains ne veulent que de l'hétéro quand d'autres sont fan de Yaoi et de Yuri... En ce qui m concerne, je ne ferait pas de discrimination mais il n'y aura rien d'illogique non-plus. En bref, il y aura de tout selon mon inspiration et la logique des personnages que je décris...

Enfin, en ce qui concerne les commentaires, à partir du moment où ils respectent les règles de la politesse minimale (PAS d'insultes / propos racistes / sexistes / homophobes / vulgaires...), je m'engage à y répondre.

A présent que vous savez comment je fonctionne, bonne lecture!





Fanfictions: Dans toutes ces histoires, les personnages ne m'appartiennent pas (Sauf éventuel OC). 

Fanfic en plusieurs chapitres

-Thème: beyblade métal fight
         --> Histoire de Famille: http://nicori.skyrock.mobi/3293756370-Histoire-de-Famille.html      (Kyoya / Gingka)
         --> Une amitié vieillissante: http://nicori.skyrock.mobi/3294046616-Une-amitie-vieillissante.html  (Kyoya / Gingka)
         --> Le dernier exploit: http://nicori.skyrock.mobi/3294463580-Le-dernier-exploit.html (Kyoya / Gingka / Massamuné / Kenta / King / Benkei/ Madoka / Ziggourat / Yu)

OS:

-Thème: beyblade métal fight
         --> Une vie au passé: http://nicori.skyrock.mobi/3291672294-Une-vie-au-passe.html   (Kyoya / Gingka)
         --> L'indifférence: http://nicori.skyrock.mobi/3293789108-L-indifference.html   (Kyoya / OC)
         --> La fin d'une légende: http://nicori.skyrock.mobi/3293940156-La-fin-d-une-legende.html   (Kyoya / Gingka)
         --> 2 clans: http://nicori.skyrock.mobi/3294341306-2-clans.html  (Kyoya)
         --> Le mentor de Kenta: http://nicori.skyrock.mobi/3294890840-Le-Mentor-de-Kenta.html   (Kenta / Kyoya)





Autres textes:

Textes courts:

-Histoire de l'amour: http://nicori.skyrock.mobi/3293674154-Histoire-de-l-Amour.html   (Conte)
-La casehttp://nicori.skyrock.mobi/3293961092-La-case.html   (Coup de gueule)
-L'obsession folle: http://nicori.skyrock.mobi/3294830878-L-obsession-folle.html  (Nouvelle historique)
-Le Rien : http://nicori.skyrock.mobi/3295795858-Le-Rien.html  (Réflexions) 
-Alone : http://nicori.skyrock.mobi/3296213688-Alone-Dedicace-a-Kyoya-Beyblade.html  (dédicace à Kyoya-Beyblade) (Réflexions)




English traduction  Thank you so much to the exceptional girls who realized theses traductions. 

- Living the past  ( The traction of Une Vie au Passé) : http://nicori.skyrock.mobi/3297475072-Living-the-past.html









Mes TAGS: (Parce qu'on y échappe pas): http://nicori.skyrock.mobi/3294132842-Liste-des-TAGS.html
 


Tags : Sommaire

Une vie au passé 23/03/2017

Une vie au passé

Le vent s'était levé. Kyoya frissonna. Il avait de plus en plus froid. Mais il n'aurait été se mettre au chaud pour rien au monde. Il ne voulait pas bouger. Pas même de quelques mètres. Il était allongé au bord de la rivière de BeyCity, les bras en croix dans la pelouse. Ses cheveux et ses vêtements voletaient au vent tandis que ses yeux fixaient intensément le bleu sombre que les nuages donnaient au ciel de cette nuit.
Cela ferait 10 ans demain. 10 ans que sa vie avait basculé. Il avait 25 ans à présent. Mais il ne pouvait pas oublier. Fermant les yeux un instant, il revit une énième fois ces derniers instants. Ces terribles instants. Ceux qui le hantaient chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde... Ceux qui ne le laissaient jamais en paix.

Après avoir vaincu Némésis, ils étaient rentrés chez Madoka. Elle leur avait proposé à tous de dormir chez elle. Bien sûr, c'était beaucoup trop petit pour qu'ils puissent tous y dormir. Aussi, les bladers légendaires qui n'étaient pas des amis directs de Madoka avaient déclinés l'invitation. Lui aussi. Il ne supportait pas de dormir aussi proche des autres. Avoir sauvé le monde ensemble, ça rapproche, mais pas à ce point ! Il avait été dormir sur le toit du bâtiment, à la belle étoile. C'était une nuit calme. Il était terriblement fatigué. Aussi s'endormi-t-il aussitôt.
Lorsqu'il s'éveilla le lendemain, la matinée semblait déjà bien entamée vu la hauteur du soleil. Il descendit du toit par l'escalier de service dans l'intention de piquer un truc à gringotter chez Madoka avant de partir s'entraîner. Il fallait à tout prix qu'il progresse vu la force que Gingka avait eu face à Némésis la veille.
Mais lorsqu'il pénétra dans l'appartement, il fut surpris de constater que la petite bande, la plupart du temps exagérément joyeuse, pleurait à chaudes larmes dans le salon.
_Ben qu'est-ce qu'il y a ? , avait demandé Kyoya.
Personne ne lui répondit. Pas même Benkei. Ça inquiéta Kyoya. En général, Benkei lui sautait au cou dès qu'il le voyait. Et même s'il ne le faisait pas, il ne l'ignorerait jamais.
_Hé ho ! Je vous parle !, fit-il agacé.
_C'est... Gingka..., sanglota Kenta.
_Et bien quoi Gingka ?, s'énerva Kyoya. Et puis où il est d'abord ? , demanda Kyoya remarquant soudain l'absence du roux.
_A la morgue.
Le ton était ferme. Les pleurs redoublèrent. C'était Tsubassa qui avait parlé. Lui, il ne pleurait pas. Il regardait par la fenêtre le regard vide. Kyoya se tourna vers lui, incertain. Avait-il vraiment dit ce qu'il avait cru entendre ?
_Qu'est-ce que tu dis ?
Tsubassa se tourna vers lui. S'il ne pleurait pas, il n'en avait pas moins les yeux rougis, signes de larmes récentes.
_Nous n'avons pas pu réveiller Gingka ce matin, expliqua Tsubassa. Alors on a appelé les urgences. Quand le médecin est arrivé, il a dit que c'était trop tard. Gingka a fait un AVC cette nuit et il est mort. Il n'y avait plus rien à faire. Ils l'ont envoyé à la morgue il y a environ une heure.
Il avait dit tout ça calmement mais on sentait à sa voix tremblante que ça lui coûtait de revivre ces événements.
Kyoya, quant à lui, s'était figé. Au fur et à mesure que Tsubassa parlait, il avait senti son c½ur se serrer à lui en faire mal. Il eut un vertige et fut contraint de s'assoir à terre. Il essayait désespérément de remettre de l'ordre dans ses idées. De rationnaliser ce qu'il venait d'entendre. Mais... Mais... Non ! C'était impossible ! Gingka venait de sauver le monde ! Il venait de se sortir du plus grand péril possible et il mourrait comme ça ? C'était complètement fou ! Complètement stupide ! Complètement injuste ! Impossible à croire. Et pourtant, Tsubassa lui avait dit la vérité. Il en était certain.
Soudain pris d'étouffement, il sortit de cette chambre de pleurs. Il sortit le plus vite qu'il pût et partit à toutes jambes. Courant le plus vite qu'il pouvait. Vers où ? Aucune importance. Pourquoi ? Aucune idée. Que cherchait-il à fuir ? Que cherchait-il à rattraper ? Il ne le saurait probablement jamais.

Kyoya rouvrit les yeux. Le ciel semblait se dégager. Il frissonna à nouveau. Mais il ne voulait toujours pas bouger. C'était ici, dans cette pelouse, à cet endroit précis où Gingka adorait venir se réfugier que Kyoya se sentait le plus proche de lui. Il ne voulait rompre cette connexion pour rien au monde. C'était stupide. Il le savait. La connexion était rompue depuis longtemps. Depuis 10 ans maintenant. Depuis ce jour maudit. Pourtant il ne voulait pas la lâcher. Il n'avait toujours pas accepté cette mort insensée. Il n'avait toujours pas fait son deuil.
Autour de lui, chacun avait repris sa vie en main. Ils pensaient tous encore à Gingka mais vivaient de nouveau. Tsubassa assisté de Madoka et d'Hikaru avait pris la tête de la filiale japonaise de l'AMBB. Kenta et Benkei avait ouverts leur propre gymnase d'entraînement au beyblade. Massamuné avait fait de même aux USA avec ses amis de là-bas. Même Yu s'était trouvé une activité : il avait remplacé Tsubassa à la tête de la brigade d'espionnage de l'AMBB. Seul lui n'avait rien changé. Enfin, rien, c'était beaucoup dire.
Après l'enterrement de Gingka, Ryo avait organisé une nouvelle ultime bataille en l'honneur de son fils décédé. Ils avait tous participés bien sûr. Mais l'absence de Gingka, et même de Ryuga, s'étaient faites sentir. Même le public avait regretté que les combats ne soient pas plus passionnants comme dans la première ultime bataille. Il faut dire qu'aucun combattant n'avait vraiment le c½ur à la fête. Mais ils avaient tous fait un effort en l'honneur de Gingka. C'est Kyoya qui avait remporté le tournoi. Tout le monde l'avait félicité. « Veuillez applaudir le nouveau meilleur blader du Japon ! » avait dit Ryo en lui remettant son prix les yeux humides. « Tu l'as amplement mérité » avait dit Tsubassa. « Je savais que t'y arriverais Kyoya, mon pote ! » avait dit Benkei. « Je suis sûre que Gingka est heureux que ça se passe comme ça » avait dit Madoka. Kyoya avait acquiescé sans répondre. Cette victoire lui avait laissé un goût amer. Il ne s'était pas amusé. Pas une seule fois. Il avait vaincu tout le monde mécaniquement. Les combats contre Gingka lui manquaient terriblement. En plus, il avait l'impression d'avoir quelque chose qu'il ne méritait pas. Cette première place, ce n'était pas la sienne. Bien sûr, il en avait rêvé ! Mais en ayant vaincu Gingka ! Pas comme ça... Il en était éc½uré. Il ne méritait pas cette première place. C'était (et ce serait toujours ?) Gingka le meilleur.



Par la suite, il arrêta toutes les compétitions. Il refusa même d'entrer dans une quelconque équipe à la réédition des championnats du monde. Que ce soit dans la Gan Gan Galaxy ou dans la Wild Fang. C'était encore l'équipe du Japon qui avait gagné, menée par Tsubassa, Yu et Kenta. Benkei, lui, était devenu membre titulaire de la Wild Fang à la place de Kyoya. 
Mais Kyoya n'avait pas arrêté le beyblade. Loin de là. Le beyblade était une des choses qui le rapprochait de Gingka dans son c½ur. En réalité, il continuait à s'entraîner comme un fou dans un but inutile. Cela faisait 10 ans qu'il trompait sa tristesse en s'entraînant le plus dur qu'il le pouvait, se persuadant que lorsqu'il serait prêt, il combattrait à nouveau Gingka. C'était inutile. Il le savait. Voilà 10 ans qu'il vivait dans le déni. Mais il ne pouvait pas faire autrement. Tous avaient repris leur vie. La sienne était sur pause. Comme si rien (et c'était le cas) ne s'était passé depuis la mort de Gingka.

Kyoya grelottait à présent. Mais il ne bougea pas d'un millimètre. Il avait enfin devant les yeux ce qu'il attendait : la constellation de Pegasus. Brillante et scintillante. « Comme Gingka », se dit Kyoya. Il resta encore quelques instants à contempler le ciel étoilé.
Une étoile filante fendit le ciel. Kyoya s'empressa de penser son v½u : « je voudrais revoir Gingka ». Comme il s'y attendait, rien ne se passa. Ces contes de bonnes femmes et autres bondieuseries, il n'y croyait pas.

Il resta toute la nuit ainsi, à contempler les étoiles, à penser à Gingka. A ce qu'ils avaient fait. A ce qu'ils auraient pu faire. A ce qu'il avait fait. A ce qu'il aurait dû faire.

Le lendemain, il se leva à la première heure pour rejoindre le cimetière où était enterré Gingka comme à chacun de ses anniversaires de mort. Il voulait arriver tôt pour ne croiser personne.

Lorsqu'il arriva devant la petite tombe en marbre blanc, il eut la surprise de voir une toupie qui tournait. Et pas n'importe laquelle ! Kyoya la reconnaîtrait entre mille ! C'était Storm Pegasus, la première toupie de Gingka, celle qui était censée être morte pendant la bataille contre Ryuga. Et pourtant elle était là.
Sans réfléchir, Kyoya lança Léone à sa rencontre. Pégasus tourna plus vite. Un halo de lumière bleue l'entoura. Il accéléra encore et encore jusqu'à ce qu'un cheval ailé de vapeur et de poussière d'étoile scintillantes s'en échappe monté par... Gingka ?!
_Oui c'est moi, fit Gingka avec un grand sourire. Je t'ai manqué ?
Kyoya, trop ébahit par cette vision, ne répondit pas.
_En tout cas toi, tu me manques continua-t-il. Ryuga commence à me taper sur le système.
Kyoya n'en revenait pas.
_Ecoute Kyoya, je n'ai pas beaucoup de temps. Je voulais juste te confier une mission si tu l'acceptes. Hyoma s'est marié il y a quelques temps et Koma est sans protection. De plus, Pégasus s'est totalement remis. Kyoya, je veux que tu ramènes Pégasus à Koma et que tu refasses d'elle la toupie légendaire et je veux que tu protèges le village. Hyoma te dira comment faire. C'est d'accord Kyoya ?
_Heu... oui... Mais...
_C'est bien. Sourit-il. Adieu Kyoya.
Il commençait à disparaître.
_Non ! Gingka attend !
_Je compte sur toi Kyoya !, fit la voix de Gingka qui ressemblait à présent à un lointain écho.
Pégasus ralentit jusqu'à s'arrêter de tourner. Kyoya le ramassa avec précaution et, semblant parler à la toupie, il murmura: « Tu peux compter sur moi, Gingka ».


Le texte est mien. Merci de ne pas vous l'approprier.
L'image est mienne. Merci de ne pas la copier.

Tags : Beyblade Metal Fight - Kyoya Tategami ~ - OS

Histoire de l'Amour 04/05/2017

Histoire de l'Amour 
 

Ce texte a été écrit il y a 5 ans.  Il ne m'appartient pas totalement: je me suis appuyé sur un texte déjà écrit d'un auteur inconnu trouvé sur le net. Cependant, j'ai largement développé, modifié et accentué l'idée initiale qui, bien qu'excellente, manquait beaucoup d'approfondissement à mon goût. 
 
 
 

 
             Il était une fois une île. Cette île n'était habitée que par des valeurs, des émotions et des sentiments humains comme la Bonne humeur, la Tristesse, la Sagesse...
 

 

             Un jour, on annonça que l'île allait être submergée car le terrible monstre aux noms multiples de Danger et Risques approchait. Tous préparèrent leurs embarcations et s'enfuirent. Seul l'Amour, rêveur et (il faut bien l'avouer) téméraire, resta jusqu'au dernier moment.        
 
             Quand l'île fut sur le point de disparaître, l'Amour se décida enfin à partir mais n'ayant pas de bateau, il devait demander de l'aide. L'Amour, chercha son amie, la Sagesse,  des yeux mais celle-ci, très prévoyante, était déjà partie.
            
L'Amour, désirant voyager dans le luxe, s'adressa d'abord à la Richesse  qui passait sur son Yacht près de lui:
_  Richesse peux-tu m'emmener ?
_ Mon bateau est remplit  d'or et d'argent. Il n'y a plus assez  de place pour toi., répondit celle-ci.
 
Alors l'Amour demanda à l'Orgueil qui flottait sur sa galère royale non loin de là :
_ Orgueil, je t'en pris, emmène moi.  
_ N'as-tu donc aucune dignité Amour pour mendier ainsi mon secours ? Pour ton propre honneur et ma propre fierté, je me dois de refuser! 
 
L'Amour tenta sa chance auprès de la Beauté:
_ Non Amour, répondit-elle, tu es trop laid ! Tu gâcherais l'harmonie de mon 3 mats !
Un peu plus loin, le Perfectionnisme approuvait : l'Amour n'est jamais parfait.
 
L'Amour, renonçant au luxe, se tourna alors vers la Tristesse dans son paquebot qui serait sans doute plus compatissante :
_ Tristesse, je t'en prie, emmène-moi.
_ Oh Amour, répondit la Tristesse, je suis si triste ! J'ai besoin de rester seule quelques temps. »
 
Les triplettes Gentillesse, Générosité et Solidarité avaient accueillies sur leur voilier toute la famille Misère: les parents Guerre et Conflit, leurs enfants Famine et Maladie et leurs cousines Peur et Terreur. Mais quand l'Amour se présenta à elles, elles refusèrent car elles craignaient qu'il n'attire les tribues Embrouilles et Jalousie qui hibernaient au fond des océans et que personne ne voulait réveiller.
 
L'Amour parcouru l'île de longues heures à la recherche de l'Amitié mais celle-ci, à l'approche du Danger avait suivit la Lâcheté et avait disparut, elle s'était volatilisée.
 
La Timidité passa sous lui dans son sous-marin. En désespoir de cause, l'Amour lui demanda de l'aide. Mais la Timidité prit peur et s'enfuit.
 
La Folie, dansait dangereusement sur les vagues et l'Amour préféra ne rien lui demander.
 
L'Amour eut alors une idée. Il appela un poisson pour qu'il aille chercher le plus grand dauphin de la région : la Rapidité. Mais le poisson se nommait Patience. Et il lui répondit, furieux de voir qu'on lui préférait la Rapidité, que tout vient à point à qui sait attendre.
 
L'Amour demanda timidement un peu d'aide à la Colère mais celle-ci se suicidait parce qu'elle ne voulait ni partir ni vivre avec la Pourriture qui commençait à s'installer tranquillement sur l'île déserte et détruite.
 
L'Amour leva alors les yeux au ciel et voyant le soleil, il lui demanda de l'aide. Mais c'était la  Fatalité et elle lui braqua un fusil devant les yeux en lui disant que si le destin avait décidé qu'il meure, il mourrait ! Elle lui interdisait même de se sauver car cela n'avait pas été décidé à l'avance. « Ce n'est pas juste ! », cria la Justice (qui avait tout entendu) à la Fatalité. Mais avant que celle-ci ne réponde, la jumelle de la Justice, l'Injustice, s'insurgea qu'elle était d'accord avec la Fatalité : la vie était injuste de tout façon. L'Amour, perplexe, préféra s'éloigner d'eux.
 
Les yeux toujours tournés vers le ciel, il vit un nuage : c'était le Rêve. Mais celui-ci, tout à ses pensées, ne le voyait pas.
 
Deux enfants sur leur bateau téléguidé le montraient du doigt en se moquant de lui. C'étaient l'Intelligence et la Prévoyance. D'ailleurs, l'Amour commençait à se mordre les doigts de ne pas avoir été plus prévoyant.
 
La Bonne humeur fila devant lui dans son bateau à moteur. Mais elle était si heureuse qu'elle n'entendit pas qu'on l'appelait.
 
L'Amour commençait à désespérer quant une hirondelle et une colombe passèrent au-dessus de lui, c'était l'Espoir et la Paix. Elles lui crièrent de garder confiance et de ne pas cracher sur la Bonté.
 
Soudain une voix appela : « Viens, Amour je t'emmène avec moi ». C'était un vieillard sur une barque cabossée. L'Amour pensa qu'il s'agissait de la Bonté. Il grognât d'abord devant l'état de la barque mais trop heureux d'avoir la vie sauve et se rappelant des paroles de l'Espoir et de la Paix, il acceptât avec reconnaissance. 
 
Arrivé sur la terre ferme, le vieillard s'en alla tandis que l'Amour retrouvait son amie la Sagesse. Il lui raconta son aventure et se rendit compte alors qu'il n'était pas sûr de savoir à qui il devait la vie sauve. En effet, comment la Bonté avait-elle deviné qu'il avait des problèmes? Il n'était pas allé lui demander de l'aide! Avait-elle vraiment agi de son propre gré? Sur les ordres de quelqu'un? Il voulait savoir. Il demanda donc à la Sagesse:
_ Sagesse, peux tu me confirmer que c'est la Bonté qui m'a aidé? 
_ Non, c'est le Temps. , répondit la Sagesse.
_ Le Temps? , demanda l'Amour, Pourquoi le Temps m'aurait-t-il aidé? Tu dois te tromper ! Ce doit être la Bonté.  
_ Non., assura patiemment la Sagesse,  Parce que seul le Temps est capable de comprendre combien l'Amour est important dans la vie.
_ Mais la Bonté alors? , demanda l'Amour déçu.
_ La Bonté est en chacun de nous. Mais elle est timide, elle est cachée. Elle ne vient jamais d'elle-même. Seul le Temps peut aller la chercher et la convaincre d'agir pour le bien d'un Amour comme toi.
 
 
J'espère que ce petit texte vous a plu et que vous y avez repéré pleins de symboles et de références. 
 
En général, je vous dirais de ne pas copier. Mais, en l'occurrence, vous êtes libres de partager ce texte. 

Tags : Conte

Histoire de Famille 06/05/2017

Tags : Histoire de famille - Liste des chapitres

Histoire de Famille - Chapitre 1: L'anniversaire 06/05/2017



Les rues de BeyCity étaient constamment animées. Les enfants courraient, jouaient et chahutaient. Leurs rires s'élevaient par moment dans la rue. Les adultes pressaient le pas pour se rendre au travail ou pour rentrer chez eux. La plupart d'entre eux avaient un téléphone à l'oreille on des écouteurs et semblaient perdus dans une longue et passionnante discussion. Les multiples bavardages se mêlaient et s'entremêlaient dans l'air dans un brouhaha cacophonique.  Le trafic était dense : les voitures se croisaient, ralentissaient et accéléraient dans un joyeux ballet. Quelques klaxons se joignaient parfois au grondement des moteurs et aux voix des passants.
Pourtant, dans tout ce bruit, des voix se faisaient plus souvent entendre que d'autres : c'étaient celles d'un groupe de jeunes adolescents. Et pas n'importe quel groupe ! Un groupe de bladers qui faisait à lui seul la fierté et la renommée de la ville dans tout le pays. Pour avoir sauvé le monde à plusieurs reprises, le plus connu d'entre eux était bien sûr Gingka. Il était aussi le plus bavard du groupe. Il ne cessait de s'exclamer avec enthousiasme pour tout ce qu'on lui disait ou ce qu'il voyait. Il se chamaillait aussi régulièrement avec Massamuné, l'un de ses amis qui ne lésinait pas non-plus sur ses cordes vocales. Les plus proches amis de Gingka (Madoka et Kenta) les suivaient en riant, habitué à des attitudes de la sorte de leur part. Tsubassa, le plus âgé du groupe, marchait un peu à l'écart à la droite de Madoka. Même s'il ne disait rien, il souriait de l'attitude de Massamuné et de Gingka si ordinaire dans leur quotidien. Un peu en retrait du groupe, on reconnaissait Kyoya suivit de près par Nile et Benkei. Eux, ils ne parlaient pas. Kyoya avait la mine sévère. Nile avait le regard fermé. Seul Benkei affichait une mine joyeuse. Autour du groupe, d'avant en arrière, lançant des commentaires à tout vent, Yu courrait avec enthousiasme.
 


Alors que les chamailleries de Gingka et de Massamuné s'intensifiaient, Kyoya grogna :
- Pfff... Mais qu'est-ce que je fiche ici avec cette bande d'abrutis... 
- Tu sais très bien pourquoi tu es là, le coupa Nile.
 
Kyoya lui jeta un rapide coup d'½il agacé mais Nile ne semblait pas s'en soucier. Il reprit d'ailleurs quelques secondes plus tard :
-Tu es venu parce qu'on a une revanche à prendre en combat en équipe contre Massamuné et Gingka. Ne me dis pas que tu as oublié !
- Bien sûr que non ! , répliqua Kyoya avec un air de défi, Mais on est obligé d'aller à cette fichue fête pour ça ?
-Mais Kyoya, mon pote c'est l'anniversaire de Kenta !, intervient Benkei.
- Je ne vois pas en quoi ça me concerne. , répliqua Kyoya.
Personne ne répondit rien car, malgré ce qu'il venait de dire, tout le monde savait que Kyoya irait quand même à cet anniversaire. Certes, il avait fallu que Benkei insiste at que Nile fasse pression sur lui avec cette histoire de revanche mais Kyoya avait fini par donner sa parole à Kenta sur sa présence. Et il tenait toujours ses promesses.
 
Un peu plus loin, Kenta les fit monter au 4ème étage d'un immeuble où il habitait avec ses parents qui n'étaient pas là pour l'instant.  A peine furent-ils entré que Kyoya réclama sa revanche sur Massamuné et Gingka avec Nile en se disant que plus vite il en aurait fini avec cette bataille, plus vite il pourrait partir de cette fête. Et puis, il avait bien envie de la prendre, cette revanche. Massamuné et Gingka partirent au quart de tour et sortirent leur lanceur. Mais Kenta savaient que s'ils commençaient à jouer au Beyblade, ils ne s'arrêteraient plus jusqu'au soir et son anniversaire passerait à la trappe. Alors il leur proposa de manger d'abord le gâteau. L'appétit de Gingka, Massamuné et Yu s'est immédiatement éveillé à la pensée du gâteau d'anniversaire. Kyoya dû donc se résigner à attendre la fin du goûter.
 
Ils s'assirent tous autour de la table de la salle à manger tandis que Kenta ramenait son propre gâteau de la cuisine. Les membres du groupe (sauf Kyoya) lui chantèrent les chants d'usage et il souffla ses bougies. Autour de la table, les conversations allaient bon train dans une drôle de cacophonie. Seul Kyoya n'y participait pas, comme à son habitude. Il gardait les bras croisé sur la poitrine et les yeux clos. Quelque fois, il relevait la tête vers l'objet de ses principales préoccupations : Gingka. Car, oui, si Kyoya avait mis plusieurs années à le comprendre et à l'admettre, il n'avait aujourd'hui plus aucun doute : il était amoureux de Gingka. Cependant, il n'était toujours pas prêt à le dire et encore moins à subir la réaction de Gingka sans parler de sa fierté de lion blessé ! Car comment pourrait-il rester crédible dans son image de lion solitaire s'il était en couple ? Non, vraiment et décidément non, il ne voulait pas que ça arrive. Et pourtant, il ne pouvait pas s'en empêcher ! Il ne pouvait pas s'empêcher de le trouver beau avec ses beaux yeux noisette et sa belle tignasse rousse. Il ne pouvait pas s'empêcher de le trouver adorable avec sa bonne humeur innocente qu'il lui enviait tellement. Il ne pouvait pas s'empêcher de sentir des frissons parcourir tout son corps au son de sa voix. Il ne pouvait pas empêcher son c½ur de faire un saut périlleux à chaque fois qu'il croisait son regard. C'était comme ça. Il s'en accommodait depuis déjà quelques temps et, même si ses symptômes ne semblaient pas aller en s'arrangeant, il comptait encore s'en accommoder longtemps. Bien sûr, il lui arrivait de faire des rêves fous et insensés, endormi ou éveillé, dans lesquels il lui prenait la main et où le regard que Gingka lui rendait voulait tout dire sans qu'il n'y eu besoin de prononcer un seul mot. Mais voilà, c'était des rêves ! Dans la vraie vie, ça ne marchait pas comme ça !


Il fut coupé dans ses réflexions mélancoliques par des bruit de pas et de claquement de porte suivit d'un « Kenta, mon c½ur, on est rentré ! » lancé depuis l'entrée.
-D'accord ! , répondit Kenta. Je suis dans la salle à manger maman !
 
Quand les parents de Kenta entrèrent dans la pièce, ils souhaitèrent un bon anniversaire à leur fils et tout le monde les salua poliment. Tout le monde ? Non : Gingka et Kyoya s'étaient figés sur leur siège ne pouvant croire à ce qu'ils voyaient. 
 
 

Tags : Histoire de famille - Kyoya Tategami ~ - Ginga Hagane - Beyblade Metal Fight

Histoire de Famille - Chapitre 2: La reconnaissance 06/05/2017














Kyoya fixait le père de Kenta. Il ne pouvait pas croire ce qu'il voyait. Ce ne pouvait pas être... LUI ! C'était impossible ! La coïncidence était trop grande ! Pourtant, comment pouvait-il ne pas reconnaitre cet homme qui lui ressemblait tellement avec ses cheveux verts grisonnants par endroit et ses yeux bleus ? Kyoya aurait voulu se raisonner. Il aurait voulu ne pas le croire. Il aurait voulu trouver une explication rationnelle et logique à cette ressemblance et à sa présence. Mais cela n'aurait servi à rien. Car il l'avait reconnu. Dès la première seconde et malgré toutes ses années. Il avait reconnu son père en le père de Kenta. Comment était-il ici ? Pourquoi ? Comment avait-il osé se refaire une vie et être heureux après les avoir lâchement abandonné lui et sa mère alors qu'il n'était qu'un enfant ? Les questions se bousculaient dans sa tête sans qu'aucune ne prennent suffisamment la priorité pour qu'il la prononçât.
 
Kyoya ne savait pas vraiment combien de temps il était resté dans ses réflexions. Personne ne semblait prêter attention à lui quand il sortit de ses pensées. Un silence pesant était tombé dans la pièce et toute la bande avait les yeux rivés sur Gingka. Kyoya l'observa à son tour et s'aperçu avec un pincement au c½ur que Gingka pleurait en regardant quelque chose derrière Kenta. Kyoya suivit son regard et tomba sur la mère de Kenta. Une femme aux cheveux auburn et aux yeux noisette. Gingka et elle semblaient échanger un regard très profond. Le genre de regard qui pourrait remplacer des conversations entières. Elle le regardait avec un air désolé tandis que les larmes coulaient de plus en plus vites sur les joues de Gingka.
 
La surprise de la situation passée, Kyoya commençait à bouillir. Contre le père de Kenta qu'il avait reconnu comme le sien et contre la mère de Kenta qui était capable par sa seule présence de faire pleurer Gingka dont la gaité intarissable ne le quittait jamais d'ordinaire. Il allait se lever et demander des explications à son père avec colère mais il fut devancé par la voix tremblante de Gingka. Une voix que Kyoya ne lui avait jamais entendue et qu'il aurait souhaité ne jamais entendre. Une voix pleine de colère et de tristesse. Une voix qui trahissait une immense peine. Kyoya en avait le c½ur serré. Il ne supportait pas de voir Gingka dans cet état de tristesse, lui qui était toujours joyeux et optimiste. Ce que Gingka disait était inaudible mais ne semblait pas l'apaiser. Au contraire ! Les larmes coulaient de plus belle sur ses joues. Puis soudainement il se leva de sa chaise et partit en courant de la maison en claquant la porte derrière lui.
 
Instinctivement Kyoya se leva pour le suivre. Dans une autre situation, il ne se serait pas inquiété outre mesure. Gingka avait déjà eu des coup de blues et il était très fort malgré son apparence de jeune garçon naïf. Mais, en l'occurrence, Kyoya s'inquiéta de l'attitude de Gingka qui n'était pas habituelle car il s'était mis à pleurer à priori pour rien juste en regardant cette femme. Il marcha d'un pas ferme et rapide pour traverser le salon. Les yeux clos et la tête haute pour rester fier et digne et pour ne pas montrer à quiconque le trouble qui l'envahissait. Lorsqu'il arriva à la hauteur du père de Kenta (il avait vraiment du mal à l'appeler son père), il s'arrêta, hésitant. Que devait-il faire ? Dire quelque chose ? L'ignorer ? Finalement, Kyoya opta pour un violent coup de poing dans son ventre sans prendre en compte les cris de protestation du petit groupe d'amis toujours assis autour de la table qui regardait la scène avec des yeux ronds. Kyoya sortit ensuite rapidement. Il sentait la colère monter en lui, la fureur battre ses tempes, la rage envahir son esprit. Il avait envie de cogner, de frapper, de tout casser ! Il serra les poings et les dents et se forçat à ne pas laisser éclater sa colère en pleine rue. Il devait aller se défouler quelque part. L'endroit qui lui vient en premier à l'esprit était l'entrepôt où il vivait autrefois en tant que chef des Chasseurs de tête. Il ne perdit pas une seconde et accéléra son rythme de marche. Il traversa les rues animée en sens inverse contourna la circulation et s'apprêta à traverser le pont qui reliait les deux rives de BeyCity que la rivière séparait. Mais quelque chose l'en empêcha : il avait aperçu une touffe de cheveux roux dans l'herbe. « Bien sûr ! », se dit-il. « Gingka venait toujours ici quand ça n'allait pas. »  Kyoya hésita un instant. Devait-il aller le rejoindre pour tenter de comprendre ce qu'il s'était passé chez Kenta ? Devait-il le laisser tranquille et simplement rejoindre son entrepôt pour s'y défouler ? Cependant, il s'aperçut que son envie de se battre avait disparu. Il se sentait seulement las et mélancolique à présent. Alors il décida de s'approcher de Gingka. Ce dernier remarqua que Kyoya venait vers lui car il le regardait avec un air interrogateur mais Kyoya n'y prêta pas attention et se contenta de s'assoir à côté de Gingka sans dire un mot et laissant ses yeux se perdre dans le lointain.
 
Ils restèrent un moment comme ça avant que Gingka ne rompe le silence :
-C'était ma mère, dit-il à mi-voix.
Kyoya tourna sa tête vers lui en haussant un sourcil.
-Cette femme, s'expliqua Gingka, la mère de Kenta. C'est ma mère.
Kyoya était surprit et se rendit compte qu'il savait finalement très peu de chose sur la vie qu'avait eu Gingka avant de venir à BeyCity.
-Tu ne nous avais jamais parlé de ta mère. , dit Kyoya à mi-voix.
-Parce qu'elle n'a jamais vraiment fait partie de ma vie. Enfin si, à une époque, mais ça remonte à loin. J'avais 6 ans quand elle a disparu. Mon père m'a seulement dit qu'elle était partie. J'ai pleuré pendant longtemps après ça. Mais je l'avais toujours, lui. Et le beyblade. Et Hyoma. Alors je me suis fait une raison et j'ai continué. Mais la voir comme ça, maintenant, et heureuse alors qu'elle m'a abandonné. C'est... je...
Il recommençait à pleurer.
Kyoya était très touché par l'aveu que venait de lui faire Gingka sur son enfance. Il était persuadé qu'il n'en avait parlé à personne d'autre. Ainsi donc, Gingka aussi a été abandonné par l'un de ses parents ? Pour l'avoir vécu, il pouvait imaginer ce que Gingka était en train de ressentir. Alors il posa sa main sur l'épaule de ce dernier. Gingka leva ses yeux brillants de larmes vers lui avec étonnement. Ce n'était pas tous les jours que Kyoya réconfortait quelqu'un ou qu'il se montrait affectueux... Kyoya ne cilla pas et ne détourna pas le regard. Il était en train de lui envoyer tacitement toute la force qu'il le pouvait à travers son regard. Il ne savait pas si Gingka l'avait compris mais quelques instants plus tard il s'essuya les yeux d'un revers de manche et lui adressa un petit sourire un peu triste. Kyoya préférait ça. Il retira sa main de l'épaule de Gingka. Il ne voulait pas se montrer trop intrusif. Lorsque Gingka eut terminé de se calmer, il demanda à Kyoya : « et toi au fait ? Pourquoi tu es parti de la fête ? ».
Kyoya hésita. Il aurait pu ne rien dire, l'envoyer balader ou lui mentir mais Gingka s'était confié à lui. Alors il ne pouvait pas se dérober :
-Le père de Kenta, commença-t-il, ben c'est aussi mon père.
Gingka le regarda avec des yeux ronds.
-Alors, ça veut dire que ? , commença Gingka.
-Mon père est partit quand j'ai eu 10 ans, le coupa Kyoya pour s'expliquer. Il a simplement laissé un mot en disant qu'il ne supportait plus de s'occuper de ma mère. Elle était instable émotionnellement et alcoolique.  C'était toujours mon père qui s'occupait de tout. Apparemment il en a eu marre et il s'est tiré. Ma mère, s'est pendue au plafond de la cuisine quand elle l'a su. C'est moi qui l'ai retrouvé. Mais c'était trop tard. Ensuite je suis partit. J'ai erré un moment dans les rues. Je me suis endurci et je suis devenu le chef des chasseurs de tête.
 
Il avait dit tout ça en regardant dans le vague. Quand il tourna le regard vers Gingka, il vit que celui-ci s'était remis à pleurer.
-Oh non Gingka! S'il te plaît, arrête de pleurer...Ça n'en vaut pas la peine...
-Mais ce que tu as vécu, c'est... tellement horrible. Je... Je ne savais pas que tu avais vécu de telles choses...
-Personne ne le savait.
-Kyoya...
-Quoi ?
-Comment arrives-tu à vivre avec tout ça ?
Kyoya eut un petit rire avant de répondre :
-Toi aussi tu en as bavé je te signale. Je pourrais te poser la même question.
-Moi j'avais mon père, répondit-il.
Kyoya haussa les épaules.
 
Il y eut un silence puis Gingka murmura :
- J'n'arrive pas à y croire. Ma mère et ton père sont les parents de Kenta. Ça veut dire qu'on est ses demi-frères !
Kyoya n'y avait pas pensé mais cette nouvelle le laissa indifférent. Kenta n'était rien pour lui. Il eut un nouveau silence.
 
Le jour touchait à sa fin. Le ciel bleu avait laissé place à une belle couleur orangée qui se reflétait sur la rivière lui donnant un aspect brillant et étrangement apaisant.  Kyoya sentit la main de Gingka se poser sur la sienne. Il se sentit rougir et son c½ur accéléra. Mais il n'aurait retiré sa main pour rien au monde. Le contact de la main de Gingka sur la sienne était si doux, si agréable. Du reste de la soirée, ils ne prononcèrent pas un mot. Quand la nuit fut bien entamée, ils décidèrent de rentrer dormir. Ils se séparèrent rapidement en se souhaitant bonne nuit. 




 

Tags : Histoire de famille - Kyoya Tategami ~ - Ginga Hagane - Beyblade Metal Fight

Histoire de Famille - Chapitre 3: Les explications 06/05/2017

 
 
Histoire de Famille - Chapitre 3: Les explications

 
 
Quand Gingka s'était levé ce matin-là, il s'était dépêché de s'habiller et de rejoindre son père à son bureau de l'AMBB. Quand il rentra dans le bureau, Ryo vit tout de suite que quelque chose n'allait pas avec son fils.
 
-Gingka ? ca ne va pas ? , lui demanda Ryo.
-J'ai été à l'anniversaire de Kenta hier.
Ryo ne voyait pas vraiment la raison de cette tête d'enterrement dans un simple anniversaire...
-Et ?
-Et j'ai vu maman.
Ryo soupira. Il se doutait bien que ce moment arriverait un jour sachant que le meilleur ami de son fil était Kenta.
-Papa, tu me dois des explications. Pourquoi maman est partie ? Et pourquoi le père de Kenta est aussi celui de Kyoya et qu'est-ce que ça veut dire à propos de ma filiation avec Kyoya ?
Même s'il n'en laissait rien paraître, c'était cette dernière question qui tracassait le plus Gingka. En effet, celui-ci s'était aperçu pendant les championnats du monde de beyblade, pendant son combat en duel singulier contre Kyoya, qu'il avait des sentiments pour lui. Des sentiments qui allaient au-delà de la simple amitié. Il n'avait rien dit jusqu'à présent car Kyoya n'était pas vraiment le genre de personne qui s'intéressait à de telles choses. Mais il avait des espoirs pour l'avenir. Cette histoire de famille, en plus de ressasser son passé et d'éveiller une sourde colère envers sa mère lui faisaient entrevoir avec terreur la possibilité qu'un quelconque rapprochement avec Kyoya soit compromis.
Pendant ses réflexions, Ryo s'était levé et approché de la fenêtre de l'immeuble. Il regardait la rue toujours animée et il expliqua :
-Ta mère n'est pas partie. C'est moi qui l'ai chassé. Je l'ai surpris en train de me tromper avec... avec Ignace, mon frère. Par la suite j'ai su qu'elle avait fait sa vie avec lui et qu'elle avait une famille. Je n'ai appris que plus tard que c'était Kenta. Je ne voulais pas te chagriner davantage alors que tu avais enfin réussi à surmonter ton chagrin. Et donc je ne t'ai rien dit.
Gingka ne répondait rien. Trop occupé à absorber les nouvelles informations que lui donnait son père.
-Quand à ta filiation avec Kyoya..., poursuivit Ryo, c'est compliqué.
-Qu'est-ce que tu veux dire ?
-Kyoya et toi n'avez pas les mêmes parents donc vous n'êtes ni frères ni demi-frères mais vous êtes des cousins extrêmement proches.
-Ah bon ?
- Oui parce qu'en fait, le père de Kyoya, Ignace, est aussi mon frère. Mais je n'ai jamais pu lui pardonner ce qu'il a fait. Il m'a volé Romane. Il m'a volé ta mère. Et il s'est enfui lâchement de sa famille comme un voleur. J'ai appris que la mère de Kyoya s'est suicidée après ça... Je ne sais même pas comment il peut encore se regarder dans un miroir !
-Attend deux minutes... Tu es en train de me dire que Kyoya et moi sommes cousins germains c'est bien ça ?
- En fait vous l'êtes deux fois...
-Comment ça ?, L'esprit de Gingka était déjà bien embrouillé par toutes ces filiations alors il ne tenait pas tant que ça à l'embrouiller encore plus.
- La situation est très compliquée et assez unique. Il se trouve que Romane, ta mère, avait une s½ur qui n'était autre que Blandine, la mère de Kyoya.
- Hein mais... Attend, je ne comprends plus rien ! Comment c'est possible ?
-En fait, Kyoya et toi, même si vous n'avez pas les mêmes parents, vous avez les mêmes 4 grands-parents. Mais d'un point de vu de consanguinité, c'est comme si vous étiez frères.
-Quoi mais qu'est-ce-ce que tu racontes ? C'est quoi cette histoire ?
Cette fois, Gingka commençait vraiment à avoir peur que son pressentiment ne soit fondé. Mais en même temps, toute cette histoire lui paraissait tellement tirée par les cheveux !
- Attend Gingka, je vais essayer de te l'expliquer différemment.
Ryo sortit une feuille de papier de son bureau et commença à dessiner leur arbre généalogique. Quand il eut finit de griffonner, il remit la feuille à Gingka et celui-ci put y lire :

Histoire de Famille - Chapitre 3: Les explications


Gingka lut le papier et son regard s'assombrit. Cette fois, il avait compris.
 
Ryo ajouta, bien que ce fut probablement inutile à présent : « Les médecins ont voulu profiter de cette occasion assez unique pour recueillir des données sur vous. Il en est ressorti que, génétiquement parlant, vous êtes aussi proche que des frères et donc aussi d'un point de vu de la consanguinité. Je suis désolé. » Bien sûr, il avait remarqué depuis longtemps la façon dont Gingka regardait son rival. Il avait espéré que ce ne soit qu'une passade mais à la mine sombre qu'il lui voyait, il comprit que le choc devait être extrêmement difficile à encaisser.
 
-Merci de m'avoir dit tout ça. , fit Gingka d'une voix neutre.
Il froissa l'arbre généalogique et le garda bien serré dans sa main avant de sortir du bâtiment. 
 

Tags : Histoire de famille - Kyoya Tategami ~ - Ginga Hagane - Beyblade Metal Fight

Histoire de Famille - Chapitre 4: La révélation 06/05/2017

Après avoir appris tout ça, Gingka marcha de longues heures dans les rues de BeyCity sans but. Ce qu'il venait d'apprendre lui serrait le c½ur. Il avait encore du mal à y croire. Il devait regarder régulièrement l'arbre que lui avait dessiné son père pour s'assurer qu'il ne devenait pas fou. Il avait cherché une solution mais avait vite compris que ce problème-là était insoluble. Kyoya et lui ne pourraient jamais être ensemble. C'était aussi simple que ça. Simple ? Peut-être. Mais tellement difficile à supporter ! Il en avait mal au c½ur. Il avait envie de pleurer, de hurler. Il en voulait au monde entier ! Et Kyoya... Il devait le lui dire. Kyoya méritait de savoir. Ça lui faisait mal. Lui dire rendrait les choses encore plus réelles. Plus officielles. Il ne le voulait pas. Il ne le pouvait pas. Il n'était pas prêt pour ça. Il retarda ce moment toute la journée en continuant de marcher sans but précis dans toute la ville.
 
C'est finalement Kyoya qui le trouva. En voyant sa mine, il dû comprendre que Gingka n'allait pas mieux. Alors il lui attrapa le bras et l'entraîna dans son coin préféré: la pelouse au bord de la rivière. Il se disait surement que ça apaiserait Gingka, comme la veille. Gingka n'avait pas le c½ur à l'empêcher d'essayer. Il savait que le moment de la révélation approchait. Il voulait encore la retarder au maximum. Ils regardaient le paysage côte à côte depuis de longues minutes mais le visage de Gingka ne s'éclairait pas. Au contraire.
-Qu'est-ce qu'il y a Gingka ? C'est à propos de ta mère ? Tu sais ça ne change rien au final. Tu peux toujours faire comme si tu ne l'avais jamais revu...
-Ce n'est pas ma mère, répondit Gingka.
Il avait haï dire ses mots. Car à présent, la machine était lancée. Kyoya allait insister et il allait devoir tout lui dire. Et évidemment, ça ne rata pas puisque Kyoya lui demanda une seconde plus tard :
-Ben alors c'est quoi le problème ?
Gingka prit une profonde respiration. Courage Gingka , se dit-il. Il faut lui dire.
-J'ai parlé à mon père ce matin. , commença-t-il. Il m'a tout dis sur la façon dont ma mère est partie. Et il m'a parlé aussi de... de toi et de moi.
-C'est-à-dire ?
-Et bien nous sommes de la même famille.
-ça j'avais compris puisque Kenta est notre demi-frère à tout les deux. Répliqua Kyoya.
-Ce n'est pas ce que je veux dire. Tu savais que ta mère et la mienne étaient s½urs ?
-Non. Ça veut dire qu'on est cousin ? Il n'y a pas de quoi en faire un drame !
- Kyoya, on est pas seulement cousin. On est cousin germains deux fois.
-Deux fois ?
Gingka n'eut pas le courage de lui expliquer alors il défroissa le papier qu'il tenait toujours dans sa main et le tendis à Kyoya.
Kyoya le lut. Au début, il fronçait les sourcils semblant avoir quelques difficultés pour comprendre. Puis Gingka vit ses yeux s'agrandirent de compréhension avant que son visage ne s'assombrisse et se ferme totalement.
Kyoya lui rendit le papier froissé, se leva rapidement et fit quelques pas vers la rivière. 




Histoire de Famille - Chapitre 4: La révélation



Il avait le dos tourné à Gingka si bien que celui-ci ne pouvait pas voir l'expression de son rival ni ce qu'il pensait de cette situation. Il n'osait cependant rien dire. Il n'en avait pas le courage. Il ne voulait pas officialiser cette histoire. Encore quelques secondes. Juste quelques secondes ou le doute était encore permis...
 
Depuis combien de temps Kyoya s'était-il levé ? Depuis combien de temps Gingka regardait son dos sans oser faire le moindre geste ou dire le moindre mot ? Quelques secondes ou quelques heures plus tard cependant, Gingka finit par lâcher :
-Je suis désolé Kyoya. Je ne voulais pas y croire non-plus. Je ne voulais pas que ça se passe comme ça... entre nous...
Même si Gingka ne voyait que le dos de Kyoya, il avait vu celui-ci se raidir quand il avait dit ces derniers mots.
Une voix éteinte lui répondit :
-Moi non plus Gingka. J'avais espéré... J'avais tellement espéré...
 
Ils ne dirent pas les mots qui leurs déchiraient la gorge. A quoi bon à présent puisqu'ils étaient sans espoir ? Mais chacun avait compris. Ils avaient compris tous les deux que leurs sentiments étaient réciproque. Il y a quelques heures encore, ils en auraient bondi de joie. Mais à présent, ils en ressentaient toute la cruauté, toute la souffrance. Une douleur muette, indicible, ineffable. Une morsure dans leur c½ur, un poignard dans leur ventre, une tornade de pensée contradictoire dans leur tête à leur en faire perdre la raison.
Kyoya ne le supportait plus. Il se retourna vers Gingka et le regarda comme si c'était la dernière fois avant de lui dire :
-Il est temps, Gingka, de passer à autre chose.
Chaque syllabe avait été pour lui comme un coup d'épée en pleine poitrine mais il fallait que Gingka continue. Il fallait qu'il aille de l'avant. Car pire que toute la douleur qu'il avait ressenti à cette révélation, il y avait celle de Gingka qui lui était insupportable.
Il vit Gingka hocher lentement la tête avant de lui répondre :
-Mais je ne sais pas si j'y arriverais... sans toi.
Kyoya avait l'impression de se prendre un nouveau coup de poignard dans le c½ur. La tête lui tournait. Mais il ne devait pas flancher. Pas maintenant. Il devait tenir. Pour Gingka qui en avait besoin.
-Tu y arriveras Gingka, répondit-il. Tu es beaucoup plus fort que tu ne le crois.
Il n'avait pas le courage d'en dire plus. Il n'avait pas le courage d'en faire plus. Il tourna les talons et s'éloigna rapidement pour que Gingka ne voie pas les larmes qui commençaient à envahir ses joues. 








Tags : Histoire de famille - Kyoya Tategami ~ - Ginga Hagane - Beyblade Metal Fight

Histoire de Famille - Chapitre 5: L'absence 06/05/2017





Gingka n'a pas revu Kyoya depuis cette dernière discussion au bord de la rivière. D'après ses amis, il serait partit en voyage en Afrique.
 
Ce n'était pas la première fois qu'il partait bien sûr mais la façon dont ils s'étaient quittés lui était terriblement douloureuse car il avait eu l'impression que c'était un adieu de la part de son ancien rival. Toutes ses révélations l'avaient beaucoup déprimé. Il n'arrivait plus à sourire. Il n'arrivait plus à rire malgré tous les efforts de ses amis. Il mangeait et dormait de moins en moins. Il passait le plus clair de son temps à errer dans la ville comme une âme en peine de jour comme de nuit. Enfin, quand il pouvait encore marcher. Parce qu'au bout d'environ 2 mois, Gingka ne tenait plus sur ses jambes à cause de la faiblesse qu'il imposait à son corps par manque de nourriture et de sommeil. Tout le monde avait beau essayer de lui ouvrir la bouche, il refusait catégoriquement. Aucun de ses amis ne savait quoi faire.
 
 
                                                                                                ***
 
 
Quelque part en Afrique, Kyoya marchait dans le désert sous le soleil tapant. Il suait à grosses gouttes mais continuait de marcher. Ses pieds, ses jambes, son dos, tout son corps lui faisait mal de vivre à ce rythme infernal depuis environ 3 mois. Mais il continuait. La douleur physique détournait son esprit d'une souffrance bien plus grande, une souffrance morale qui ne le lâchait pas depuis près de 3 mois. Il n'avait aucun autre moyen de la soulager un peu. Gingka lui manquait terriblement et se dire que jamais, jamais ils ne pourraient se retrouver comme il l'avait toujours rêvé lui retirait tout espoir. Il ne savait même plus pourquoi il continuait de marcher, pourquoi il continuait à vivre...  Pourquoi ne s'asseyait-il pas là tout simplement dans ce sable en attendant que la chaleur, la soif et la faim l'emporte ? Non, il ne le ferait pas. Ce n'était pas dans son caractère. Son instinct de survie le guidait, le forçait à continuer, à faire un pas devant l'autre, inlassablement.
 



Il arriva bientôt aux abords d'une ville qu'il reconnut comme étant celle où il savait que Nile vivait. Il décida d'aller le saluer.
 
Nile lui ouvrit avant même que Kyoya ne frappe à la porte car il l'avait vu arriver. Ils échangèrent quelques banalités. Nile proposa à Kyoya de quoi se restaurer. Kyoya commençait par refuser mais Nile insista et Kyoya finit par céder à un verre d'eau et un crouton de pain. Lorsqu'il eut finit de manger, Nile lui tendis une enveloppe.
-Qu'est-ce que c'est ? , demanda nonchalamment Kyoya.
-J'ai reçu ça du Japon. Apparemment tes amis de là-bas ne savent pas comment te joindre et ils se sont dit que tu viendrais me rendre visite.
-Et ça dit quoi ? , demanda Kyoya pas plus intéressé que ça.
-Je n'en sais rien. , répliqua Nile, je ne lis pas ton courrier.
Kyoya soupira et pris l'enveloppe. Il la déchira d'un coup sec et en sortit un papier. Il ne contenait que quelques lignes :
 
Cher Kyoya,
Je ne vais pas y aller par 4 chemins. Gingka est malade. Très malade. Il refuse de manger et ne dors plus depuis plus de deux mois. Il ne peut même plus se lever. Nous ne savons plus quoi faire. Je ne t'aurais pas demandé de l'aide si j'avais eu le choix mais je crains que Gingka ne tienne plus très longtemps comme ça. Peut-être pourras-tu faire quelque chose pour changer son état ? J'espère que tu recevras cette lettre avant qu'il ne soit trop tard.
Madoka
 
En lisant ces lignes, le sang de Kyoya ne fit qu'un tour et une intense angoisse le saisit. Il tremblait de tout son corps en reposant la lettre sur la table.
-Quand ? , demanda-t-il brutalement
-Quand quoi ? demanda Nile
-Quand as-tu reçu cette lettre ?
-Il y a environ 10 jours. Pourquoi ? C'est urgent ?
Kyoya ne répondit pas. Il s'était levé d'un bond et ne remercia même pas Nile avant de partir en coup de vent. 10 jours que la lettre était arrivé auxquels il faudrait probablement ajouter 5 jours de transport de la lettre. Ça signifie que Gingka était dans un état plus que critique depuis près de deux semaines ! Paniqué, il se mit à courir vers l'aéroport le plus proche et acheta un billet à prix d'or pour le 1er avion en partance pour le Japon. Mais il lui faudrait attendre 5 heures avant de pouvoir embarquer et environ 7 heures avant d'arriver à destination. L'attente fut insupportable. Kyoya ne tenait pas en place. Il faisait les cents pas, se rongait les ongles jusqu'au sang. Il priait tous les dieux dont il avait entendu parler pour que Gingka soit encore vivant. Comment avait-il pu ne pas être là à un moment aussi grave ! Il pensait bêtement que l'éloignement les ferait s'oublier mutuellement. Mais ça n'avait pas marché pour lui et c'était en train de tuer Gingka si ce n'était pas déjà fait. Non, ça ne pouvait pas. Gingka ne pouvait pas être... Il ne pouvait pas être... Non il était encore là. Il était encore là. Il l'attendait. Et Kyoya allait rentrer et lui sauver la vie. Oui il fallait que ça se passe comme ça. Oui il le fallait. Le voyage en avion fut tout aussi intenable que l'attente à l'aéroport. Kyoya ne cessait de regarder l'heure. De se demander s'il n'était pas déjà trop tard. Il était tellement nerveux qu'il avait envoyé sur les roses une hôtesse simplement venue pour lui proposer un café. Quand enfin l'avion atterit, il courut pour prendre le premier train qui, bien sûr, s'arrêta en plein milieu de la voie pour « raison de problème technique ». Kyoya crut qu'il allait exploser lorsqu'on leur demanda de patienter une demi-heure le temps de réparer « l'incident » en le « remerciant de sa compréhension ». 2 heures plus tard, il sortit enfin du train et se précipita vers l'arrêt de bus le plus proche. Le bus qu'il prit fut rapidement pris dans les embouteillages. Kyoya en sortit dès qu'il le put et pris un tramway. Il fit les derniers kilomètres à pied. Il faisait nuit quand il arriva tout essoufflé chez Madoka. Toute la bande était silencieuse dans le salon. Kyoya s'y engouffra en demandant où était Gingka sans même prendre la peine de les saluer. Madoka lui indiqua la chambre d'ami et Kyoya s'y précipita. Il était légèrement soulagé : Gingka était encore vivant. 



Tags : Histoire de famille - Kyoya Tategami ~ - Ginga Hagane - Beyblade Metal Fight