Histoire de Famille - Chapitre 6: L'agonie

Quand il rentra dans la chambre, il aperçut tout de suite la frêle silhouette de Gingka dans le lit. En s'approchant d'elle, il vit tout de suite que Gingka allait très mal. Ses yeux vides fixaient le plafond. Il semblait respirer avec difficulté. Il avait de très gros cernes sous les yeux. Des joues creusées, émaciées. Son teint était d'une pâleur presque fantomatique. Même ses cheveux emmêlés autour de son visage avaient perdu leur brillante couleur et était devenus terne. Kyoya avait le c½ur serré à cette vue. Il se força à se reprendre. Il devait être fort pour le bien de Gingka.
-Alors comme ça on refuse de s'alimenter ? , lança-t-il d'une voix qui se voulait taquine.
Gingka tourna doucement le regard vers lui mais n'eut aucune réaction sur le visage. Il murmura simplement :
-Mes rêves semblent de plus en plus réel...
-Hé oh ! Gingka ! C'est moi ! Kyoya ! Je suis là. Je ne suis pas un rêve !
Kyoya vit l'ombre d'un sourire passer sur le visage de Gingka.
-C'est vrai qu'il aurait réagi exactement comme ça..., murmura-t-il.
Voyant que Gingka ne le croyait pas, Kyoya lui attrapa l'épaule et le secoua un peu :
-Est-ce qu'un rêve peu faire ça ?
Les yeux de Gingka s'illuminèrent alors.
-Kyoya ? , murmura-t-il faiblement, c'est vraiment toi ?
-C'est vraiment moi Gingka. Et je ne te quitte plus. C'est promis.
Gingka semblait s'apaiser un peu.
-Gingka tu vas me faire le plaisir de manger un peu maintenant, repris Kyoya que la pâleur de Gingka effrayait véritablement. Je vais te chercher quelque chose. Il savait très bien ce qu'il voulait : un simple morceau de pain. Pour l'avoir vécu, il savait qu'après une période de jeune prolongé, on ne supportait pas les aliments moins basiques.
Il revient dans la chambre avec son morceau de pain. Il s'assit au bord du lit, coupa un minuscule morceau de pain et le glissa dans la bouche entrouverte de Gingka. Ce dernier se força à mâcher. Lentement, très lentement. Kyoya attendait patiemment que Gingka aie finit avant de lui en donner un autre. A chaque petit morceau que Kyoya lui donnait, il avait l'impression de faire un pas vers la guérison de Gingka et ça lui donnait du courge. Il encourageait Gingka qui ne se montrait pas très réceptif : « Aller Gingka, encore un. Aller Gingka courage ! ».
Kyoya allait lui mettre le 8ème petit morceau dans la bouche quand Gingka l'arrêta et lui dit faiblement :
-Arrête Kyoya. Ça ne sert à rien. C'est trop tard.
-Non je n'arrête pas du tout répliqua brusquement Kyoya totalement paniqué en entendant le son faible de la voix de Gingka.
-Kyoya... Ecoute, je...
-Arrête de parler Gingka et mange ! , fit Kyoya qui ne voulait pas en entendre plus. Mais Gingka ne l'écoutait pas :
-Kyoya, je t'aime.
Kyoya sentit son c½ur s'arrêter. Pourquoi fallait-il qu'il lui dise ça maintenant et dans une telle situation ? En regardant Gingka, il s'aperçu que ce dernier souriait légèrement. Gingka n'avait pas l'air d'avoir terminé. Il poursuivit de sa voix faible :
-Kyoya... Je voudrais... Je voudrais te prendre dans mes bras. Je voudrais t'embrasser. Je voudrais... Mais...
Kyoya n'en pouvait plus d'entendre de telles choses.  Alors il demanda :
-Chut... Arrête-toi là Gingka. Je t'en prie.
-Mais...c'est impossible et... ça me tue...parce que... parce que je t'aime. Je t'aime quand même... Gingka s'était mis à sangloter.
Kyoya en avait mal au c½ur. Il savait tellement ce qu'il pouvait ressentir puisqu'il ressentait la même chose... Kyoya s'agenouilla à côté du lit pour être à la hauteur de Gingka. Il passa une main dans les cheveux de Gingka et le regarda dans les yeux en lui répondant :
-Moi aussi Gingka. Moi aussi je t'aime.





Kyoya tenta à nouveau de faire manger Gingka mais celui-ci refusa encore.
-Aller Gingka.
Kyoya commençait à paniquer. S'il ne mangeait pas, dans son état il ne tiendrait plus très longtemps.
- S'il-te-plaît ouvre la bouche...
Mais Gingka refusa encore.
- Je t'en supplie Gingka... Il faut que tu manges...
Cette fois des larmes coulaient sur les joues de Kyoya. Voir Gingka dans cet état, faible et abandonnant toute envie de vivre était pire pour lui que la torture.
Gingka s'aperçu que Kyoya pleurait à côté de lui. Au prix d'un effort surhumain, il parvient à bouger le bras et à poser sa main sur celle de Kyoya. Ce dernier lui pris cette main et la porta à sa joue. Il pleurait toujours. Et il répéta, incapable de dire quoi que ce soit d'autre :
-Je t'en prie Gingka. Je t'en supplie Gingka. Il faut manger. Il faut...
Mais sa voix se brisa dans un sanglot. Il ne savait même pas pourquoi il s'était mis à pleurer jusqu'à que Gingka lui murmure :
-Kyoya... C'est fini...
-Non ! Gingka non ! s'écria-t-il en ayant peur de comprendre.
-C'est surement mieux comme ça...
Il parlait si faiblement que Kyoya était obligé de se pencher sur lui pour entendre.
-Gingka non ! Ne me lâche pas ! Tu entends ? Ne me lâche pas ! Tu n'as pas le droit ! Je te l'interdit ! , lui hurla-t-il en le secouant.
Mais Gingka ne sortait pas de sa torpeur, au contraire.
Petit à petit, Kyoya cessa de secouer Gingka. Son corps avait compris avant que sa tête ne l'accepte. Alors, presque sans commander ses propres gestes, Kyoya se rassit au bord du lit et prit Gingka dans ses bras. Celui-ci se laissait faire. Il n'avait visiblement plus la force de le repousser ou de lui faciliter la tâche. Kyoya berçait doucement Gingka. D'une douceur que personne n'aurait jamais soupçonné en lui. Et il lui chuchotait à l'oreille :
-Gingka je t'aime... Je t'en prie... Je t'en supplie... Ne fait pas ça...
Mais Gingka était partit. Kyoya le sentis sans vraiment le voir. Il n'aurait su dire comment mais quand Gingka souffla pour la toute dernière fois Kyoya le serra plus fort comme si son étreinte allait l'empêcher de partir. Mais ça ne fonctionna pas et, quelques instants plus tard, il n'était plus qu'une marionnette entre les bras de Kyoya.
 
Kyoya laissa libre cours à ses larmes et à ses sanglots. Les autre amis de Gingka étaient entrés dans la chambre et sanglotaient aussi. Mais leur peine n'était pas comparable à celle que ressentait Kyoya qui continuait de serrer le petit corps sans vie entre ses bras. Les larmes coulaient encore et encore le long de ses joues. Que tout le monde le regarde ? Il n'en avait plus rien faire. Seul comptait pour lui son immense peine qui ne le quitterait plus jamais. 

Tags : Kyoya Tategami ~ - Beyblade Metal Fight - Histoire de famille - Ginga Hagane

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.146.50.80) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Nicori

    11/06/2017

    steanne wrote: "C'est vrai qu'il n'y a que très peu de filles, c'est pour ça qu'on retrouve beaucoup d'OC féminin sur beyblade je pense.
    Je suis d'accord, les clichés sont bien mais parfois trop lourds ou répétitifs du coup des textes plutôt basés sur une amitié forte ou affective rivalisent très bien d'après moi. Après, je trouve que ça change de voir des amours impossibles dans des histoires, c'est dur d'en trouver qui en plus seraient bien écrites.

    C'est vrai que si tu devais te concentrer sur la psychologie poussée de chaque personnage, à chaque instant, ça serait long et sûrement lourd à lire. Beaucoup de lecteurs risqueraient de décrocher au bout d'un moment.
    "

    Je pense aussi.
    Merci!
    Oui (et moi comprise...)

  • steanne

    11/06/2017

    C'est vrai qu'il n'y a que très peu de filles, c'est pour ça qu'on retrouve beaucoup d'OC féminin sur beyblade je pense.
    Je suis d'accord, les clichés sont bien mais parfois trop lourds ou répétitifs du coup des textes plutôt basés sur une amitié forte ou affective rivalisent très bien d'après moi. Après, je trouve que ça change de voir des amours impossibles dans des histoires, c'est dur d'en trouver qui en plus seraient bien écrites.

    C'est vrai que si tu devais te concentrer sur la psychologie poussée de chaque personnage, à chaque instant, ça serait long et sûrement lourd à lire. Beaucoup de lecteurs risqueraient de décrocher au bout d'un moment.

  • Nicori

    11/06/2017

    steanne wrote: "Bonjour. Alors pour être honnête, c'est la première fois que je lis une fiction sur le couple Gingka/Kyoya. Ce n'est pas une question d'homophobie ou quoi que se soit c'est seulement qu'en général je retrouve la même chose pour les mises en scène de ce couple et que ce genre de clichés me lassent rapidement et que dans ma tête Kyoya et Gingka ne sont que rivaux, rien de plus.
    Malgré ça, j'ai bien aimé lire cette histoire. Le style d'écriture est vraiment agréable et à chaque phrase j'avais envie de lire la suivante. Pour les sentiments, ils sont bien décrits et très bien conservés au fil de l'histoire. Personnellement, j'ai beaucoup aimé la scène de fin, c'est ma préférée.
    Après c'était intéressant de voir les personnalités plutôt intérieures des personnages de la série. C'est quelque chose que j'oublie parfois en regardant la série.

    Vraiment cette fiction est super, je l'ai beaucoup aimé. Le seul détail qui m'a surprise c'est qu'elle est tellement concentrée sur deux personnages qu'on en oublie presque les autres.
    "

    Comme je l'ai dit à fanfiction beyblade, je ne suis pas non plus techniquement une adepte du Yaoi mais le casting féminin de Beyblade est tellement restreint que ce sont les romances les plus crédibles.
    Ensuite, je suis contente si je t'ai fait apprécier un peu ce couple. Tu remarqueras que même si je les fait tomber amoureux plusieurs fois dans mes fics, leur amour est toujours impossible parce que comme tu le dis, les mises en scènes clichés amoureuses ne valent pas, selon moi, une amitié profonde, respectueuse nuancée à la limite de l'affection.
    Oui j'ai tendance à voir Beyblade de façon très "psychologique". Je trouve que les personnages s'y prêtent bien.
    J'ai beaucoup de mal à écrire des histoires qui mettent en scène plus d'un ou deux personnage de façon très détaillée parce que ça me frustre de ne pas pouvoir entrer dans la psychologie interne de chacun à chaque instant. Ou alors, il faudrait que j'écrive un roman sur ce que pense et ressent chaque personnage au moindre regard de l'un d'eux. ça me rend les points de vus très compliqués et souvent pas compréhensible avec un effet "liste" en plus. Bref, je trouve plus simple de me concentrer que sur un ou deux personnages.

    Ravie que ça t'aie plu!!

  • steanne

    11/06/2017

    Bonjour. Alors pour être honnête, c'est la première fois que je lis une fiction sur le couple Gingka/Kyoya. Ce n'est pas une question d'homophobie ou quoi que se soit c'est seulement qu'en général je retrouve la même chose pour les mises en scène de ce couple et que ce genre de clichés me lassent rapidement et que dans ma tête Kyoya et Gingka ne sont que rivaux, rien de plus.
    Malgré ça, j'ai bien aimé lire cette histoire. Le style d'écriture est vraiment agréable et à chaque phrase j'avais envie de lire la suivante. Pour les sentiments, ils sont bien décrits et très bien conservés au fil de l'histoire. Personnellement, j'ai beaucoup aimé la scène de fin, c'est ma préférée.
    Après c'était intéressant de voir les personnalités plutôt intérieures des personnages de la série. C'est quelque chose que j'oublie parfois en regardant la série.

    Vraiment cette fiction est super, je l'ai beaucoup aimé. Le seul détail qui m'a surprise c'est qu'elle est tellement concentrée sur deux personnages qu'on en oublie presque les autres.

  • Nicori

    08/05/2017

    Fan-FictionBeyblade wrote: "Alors alors, je viens de finir cette triste et tragique histoire! Eh bien, pour te dire la vérité d'habitude je n'aime pas vraiment lire les fictions où les personnages garçons de Beyblade s'aiment entre eux à cause de l'image que je leur donne dans ma tête (ce n'est pas du tout une question homophobie, juste l'image que je leur donne). Mais je dois avouer que là, c'était tellement bien écrit que je n'ai pas pu m'empêcher de lire les autres chapitres. Pauvre Gingka! Après c'est peut-être un peu extrême de le faire mourir, car la définition même de Gingka, qui est la même raison qui fait tant chavirer le coeur de Kyoya, c'est que c'est un éternel optimiste qui a toujours le sourire, et qui n'abandonne jamais, c'est pour ça que j'ai tant de mal à l'imaginer se laisser mourir de cette façon. Mais en revanche, je suis persuadée que Kyoya agirait probablement comme ça avec n'importe quelle personne qu'il aime, c'est pour ça que ça ne me perturbe pas du tout de le voir aussi gentil, mais il faut dire que ces deux-là n'ont pas de chance! En tout cas très jolie histoire :)"

    Merci beaucoup!!! Pour être honnête, je pense que ce n'est pas ma meilleure "rédaction" si on peut dire. Mais je suis contente qu'elle t'aie plu!

    Oui je t'avoue que je suis pas une adepte du yaoi à l'origine mais j'ai lu plusieurs très bonnes fictions (si elles t'intéressent je peux donner les noms) sur elles et je m'y suis habituée. De plus, la relation entre Kyoya et Gingka dans l'animé est tellement intense qu'on peut l’interpréter par l'amour même si, je te l'accorde volontiers, ce sentiment est un peu facile et je lui préfère la subtilité d'une amitié respectueuse et admirative tellement plus complexe et plus riche. Mais bon, de temps à autre, j'aime bien le KyoGin.

    Pour Gingka, je ne suis pas totalement d'accord avec toi même si je comprends et respecte ton point de vue. La vérité, quand on regarde l'animé, c'est que Gingka a failli abandonner à de très très nombreuses reprises! Quelques fois, il se reprend seul mais, la plupart du temps, ce sont les encouragements de ses amis qui le boostent. Gingka est très combatif mais sa propre force ne suffit pas quand il perd le moral. Contrairement à Kyoya d'ailleurs, bien plus fort que lui sur le plan de la résistance mentale. Parce qu'en fait, je ne crois pas que Gingka soit un "éternel optimiste". Pour moi, il est seulement combatif: il se bat jusqu'au bout quand il y a une minuscule possibilité pour que ça marche (même 0,03% de chance pendant l'ultime bataille si je me souviens bien) mais quand il n'y a absolument plus aucune chance de façon objective (typiquement dans les derniers épisodes de métal fury où tout le monde est prêt à abandonner, Gingka compris parce que la barrière de Zeus semble impossible à ériger du fait de la mort de Ryuga), Gingka lâche. Et, en l'occurrence, dans ma fic, le problème est impossiblement surmontable étant donné que c'est le propre choix de Gingka et de Kyoya qui l'interdisent. En partant de là, les chances de surmonter l'épreuve étant égale strictement à 0, Gingka lâche. Je ne sais pas si j'ai été très claire pour développer mon point de vu. J'espère que oui...

  • Fan-FictionBeyblade

    08/05/2017

    Alors alors, je viens de finir cette triste et tragique histoire! Eh bien, pour te dire la vérité d'habitude je n'aime pas vraiment lire les fictions où les personnages garçons de Beyblade s'aiment entre eux à cause de l'image que je leur donne dans ma tête (ce n'est pas du tout une question homophobie, juste l'image que je leur donne). Mais je dois avouer que là, c'était tellement bien écrit que je n'ai pas pu m'empêcher de lire les autres chapitres. Pauvre Gingka! Après c'est peut-être un peu extrême de le faire mourir, car la définition même de Gingka, qui est la même raison qui fait tant chavirer le coeur de Kyoya, c'est que c'est un éternel optimiste qui a toujours le sourire, et qui n'abandonne jamais, c'est pour ça que j'ai tant de mal à l'imaginer se laisser mourir de cette façon. Mais en revanche, je suis persuadée que Kyoya agirait probablement comme ça avec n'importe quelle personne qu'il aime, c'est pour ça que ça ne me perturbe pas du tout de le voir aussi gentil, mais il faut dire que ces deux-là n'ont pas de chance! En tout cas très jolie histoire :)

  • 22liseuses

    07/05/2017

    " j'aime bien faire mourir Gingka" ça fait super sadique le pauvre, il ne t'a rien fait! XD
    Je suis tout à fait d'accord avec toi mais je ne vais pas développer car sinon j'vais me répéter avec le précédent commentaire..

  • Nicori

    07/05/2017

    22liseuses wrote: "Oh mon dieu mais ta fiction est tellement belle! C'est tellement triste et beau à la fois! Ca me fait de la peine pour Kyo... "

    Merci! Oui c'est toujours plus triste pour celui qui reste. C'est pour ça que j'aime bien faire mourir Gingka. Parce que Kyo est LE personnage tragique par excellence.

  • 22liseuses

    07/05/2017

    Oh mon dieu mais ta fiction est tellement belle! C'est tellement triste et beau à la fois! Ca me fait de la peine pour Kyo...

Report abuse